La poésie des saisons

Une chronique sur le roman: un pays, une communauté par la petite rédactrice


« Tout juste épanouie, la fleur dessèche au vent de la jalousie. Le bouquet de fleurs ainsi sécher terni au feu de la comparaison. Faut-il le jeter et en faire un nouveau ? Si une graine de l’immortel tombe dans un terreau de liberté, la pousse sait que, pour conserver ses coloris, elle ne doit ni comparer ni prendre le pouvoir qui n’a de cesse d’organiser son ascension, toujours plus haut et éternellement insatisfait. »

 

Les saisons de la communauté
 

Une écriture poétique

Personnalisation des sentiments, langage châtié, morale… L’auteur a fait un véritable travail stylistique autour de ce livre.

Le résultat est véritablement poétique et met en avant l’étendue incroyable de ses capacités littéraires. Cet ouvrage se détache ainsi clairement des autres qui sont plus accessibles sur le plan du langage.

 

Un parcours initiatique et personnel

Laurent, le personnage principal se rapproche quant à lui des autres personnages principaux conçus par Jean-Luc Bremond.

La raison ? La notion de quête. Laurent est un être sensible et un véritable artiste à la recherche du bonheur et d’une place dans ce monde.

 

Une histoire d’amour réaliste

Les amateurs d’histoires d’amour et d’écriture sentimentale seront ravis de découvrir l’histoire qui attend Laurent. Cette-dernière fut aussi dure que réaliste et n’a rien à voir avec les romans à l’eau de rose classiques.

En effet, celle-ci se retrouve au cœur de l’ouvrage et sera un autre point qui différenciera ce livre des autres. Elle participera grandement à la construction émotionnelle du personnage principal.

 

La poésie de la Bretagne, communauté
 

Avis  

 

Nous terminons cette série de chroniques avec cet ouvrage intitulé Un pays, une communauté. Je remercie une fois de plus Jean-Luc Bremond pour sa confiance et pour cette nouvelle opportunité de découvrir sa plume en profondeur.

Aujourd’hui, nous plongeons dans les contrées bretonnes à la découverte de la vie d’un nouveau personnage atypique, Laurent.

Côté plume, il s’agit d’une œuvre littéraire profonde et travaillée d’une main de maître. Je recommande donc ce livre aux artistes et aux fans d’histoires d’amour sortant des sentiers battus.

De plus, l’auteur semble avoir mis l’accent sur le rythme des saisons pour étoffer son champ lexical à chaque chapitre. Cette méthodologie littéraire rend ce livre cadencé et très agréable à lire.

Côté personnages, j’ai pu découvrir Laurent, sa famille et ses amis. Il s’agit d’un être dévoué, passionné et plein d’empathie ce qui le rend particulièrement attachant.

Artiste, j’ai trouvé qu’il s’abandonnait totalement à la création. J’ai également apprécié l’introduction du genre épistolaire dans ce livre. Ces correspondances m’ont d’ailleurs rappelé celles introduites dans La voie de l’errance. Elles permettent de voyager et de mieux comprendre les liens qu’entretiennent les différents personnages.

Je trouve que cette histoire touche un peu plus au vécu de l’auteur, lui aussi adepte d’art et de vie en communauté.

Cette œuvre courte mais riche mérite vraiment un 19/20 et c’est sans aucun doute mon livre préféré de cet auteur. Mon seul regret est l’absence d’un lexique définissant  certains  termes comme le mot « chiourme ».

Besoin de découvrir l’univers littéraire de Jean-Luc Bremond ? Nous l’avons interrogé pour vous. Retrouvez son interview juste ici.

 

La poésie de la harpe, bleu marin
 


https://lapetiteredac.com/2020/08/25/chronique-litteraire-un-pays-une-communaute-de-jean-luc-bremond/

 

https://www.jeanlucbremond.com/p/roman-pays-communaute.html


Commentaires