Quand les maisons d'éditions s'essoufflent et les librairies languissent

 

Est-il encore opportun d'écrire aujourd'hui?

 
océan, plage et vagues sous le couchant

Oui. Pour déchirer l’anxiété qu’engendre l’incertitude et ainsi libérer le calme coulant au tréfonds de l’écrivain, lequel pourtant s’essouffle quand il sait que la culture s’éteint. Alors, il donne priorité au quotidien ; le présent des petits gestes lui offrant tant l’essentiel que la tranquillité. Alterner le travail concret, tel celui des mains, et l’expression artistique est un équilibre serein. Quand la nature est à la porte, la marche est le poumon, dans lequel circule la création. La musique, l’oreille où rentre l’inspiration. La danse, les pieds sur lesquels s’appuie l’improvisation. Le silence, le vide où s’élève le lendemain ; quand, tôt le matin, les doigts oseront dessiner l’imagination. Quand le confinement éloigne l’aspirant des forêts, rivières et lagons, l’écriture peut-être le rêve faisant rentrer l’océan et reculer l’espace du temps.

 

Commentaires