Articles

Quand les maisons d'éditions s'essoufflent et les librairies languissent

Image
  Est-il encore opportun d'écrire aujourd'hui?   Oui. Pour déchirer l’anxiété qu’engendre l’incertitude et ainsi libérer le calme coulant au tréfonds de l’écrivain, lequel pourtant s’essouffle quand il sait que la culture s’éteint. Alors, il donne priorité au quotidien ; le présent des petits gestes lui offrant tant l’essentiel que la tranquillité. Alterner le travail concret, tel celui des mains, et l’expression artistique est un équilibre serein. Quand la nature est à la porte, la marche est le poumon, dans lequel circule la création. La musique, l’oreille où rentre l’inspiration. La danse, les pieds sur lesquels s’appuie l’improvisation. Le silence, le vide où s’élève le lendemain ; quand, tôt le matin, les doigts oseront dessiner l’imagination. Quand le confinement éloigne l’aspirant des forêts, rivières et lagons, l’écriture peut-être le rêve faisant rentrer l’océan et reculer l’espace du temps.  
       

Une pause sur la route de l'instant

Image
 À présent Tel un aigle se faufilant entre les nuages pour toujours planer dans le ciel bleu, je pénètre dans la caverne de l’inspiration afin de me laisser aspirer par la lumière de la création. Prendre de la hauteur de vue en déployant les ailes de la tranquillité. Les idées viennent ; parfois la source tarit. Qu’importe. Asséché d’images, je goûte à la joie d’accomplir mon quotidien. Bientôt reviendront les histoires ou une nouvelle façon d’exprimer mon intériorité. Je ne suis pas un être passionné, mais, fort de mon opiniâtreté, comme le loup poursuivant sa proie ou l’ours soignant les ombres, je plonge dans les eaux colorées de l’imagination pour atteindre les rives incarnées de la réalisation.    Alors je dresse un feu dans la nuit et danse jusqu’à retrouver la flamme embrasant l’esprit ou la chaleur embaumant mon corps. Au son du tambour martelant mon cœur, j’écoute les formes qui se dessinent dans mes yeux. Je les suis plus que je les prends jusqu’à ce que la paix
       

Un petit partage

Image
 Le Dieu de Spinoza Trouvé sur Facebook. Je l'intègre à mon blog comme un sourire à la vie     Albert Einstein         Quand Albert Einstein donnait une conférence dans les nombreuses universités des États-Unis, la question récurrente que lui faisaient les étudiants était : Vous, Monsieur Einstein... Croyez-vous en Dieu ? Ce à quoi il répondait toujours : - Je crois au Dieu de Spinoza. Seuls ceux qui avaient lu Spinoza comprenaient ... Spinoza avait passé sa vie a étudier les livres saints et la philosophie, un jour il écrivit : Je ne sais pas si Dieu a réellement parlé mais s'il le faisait, voici ce que je crois qu'il dirait au croyant : Arrête de prier et de te frapper à la poitrine ! Ce que je veux que tu fasses, c'est que tu sortes dans le monde pour profiter de ta vie. Je veux que tu t'amuses, que tu chantes, que tu t'instruises... que tu profites de tout ce que j'ai fait pour toi. Arrête d'aller dans ces tem
       

Deux extraits de mon prochain roman

Image
L'arbre des réfugiés   Des rues de New York au village amish, en quête d'une terre où planter ses racines et en séparant ses branches pour s’emplir de lumière, le sapin offre son bois à un enfant pour qu'il puisse faire chanter la joie     Les rameaux      En remontant le boulevard, occupé pour moitié d’un tramway, foisonnant de boutiques et de bistrots combles malgré le frimas automnal, les deux familles retrouvèrent le vertige du débarquement. David offrit de se restaurer à l’intérieur d’une gargote italienne transpirant la friture. Ils occupèrent trois tables, heureux de pouvoir enfin soulager leurs jambes endolories par l’attente. Après avoir commandé des pâtes, David réclama des sodas et des bières. Le barman expliqua que la prohibition ne lui permettait pas de servir de l’alcool. Ivan observa sa tribu réunie dans un sursaut de survie.  « Est-ce bien raisonnable, déplora-t-il. — De ne pas boire de vodka ? plaisanta David. Je suis d’accord avec toi. Mon pa
       

Roméo et Juliette au Moyen-Orient

Image
Une histoire d’amour sans limite sur fond de conflit   Cet amour est-il pour autant possible?   Une chronique de  leslivresdemarie   On trouve de vraies perles dans l’auto-édition, je vois conseille sincèrement d’aller de temps en temps y faire un tour ! Je termine avec quelques jours de retard Le choix de Firuze de Jean-Luc Bremond. Ce n’est pas une lecture que l’on avalera rapidement. Non c’est une lecture qui mérite que l’on s’y attarde par la qualité de son maniement linguistique mais aussi par la précision de sa géographie et la beauté de l’analyse des sentiments des ressortissants d’une culture qui vaut mille fois qu’on s’y intéresse. Le choix de Firuze c’est Roméo et Juliette au Moyen-Orient. C’est une histoire d’amour sans limite sur fond de conflit entre sunnites et chiites. L’un est sunnite, l’autre est chiite. Pourtant aucun des deux ne veut abdiquer son amour face à un conflit qu’ils ne comprennent pas. Mais cet amour est-il pour autan
       

Changement d'adresse

Image
Redirection permanente   L'adresse https://www.jlbecrit.ovh est désormais redirigée vers https://www.jeanlucbremond.com Mais le cœur reste chaud et couvert de joie
       

La poésie des saisons

Image
Une chronique sur le roman: un pays, une communauté par la petite rédactrice « Tout juste épanouie, la fleur dessèche au vent de la jalousie. Le bouquet de fleurs ainsi sécher terni au feu de la comparaison. Faut-il le jeter et en faire un nouveau ? Si une graine de l’immortel tombe dans un terreau de liberté, la pousse sait que, pour conserver ses coloris, elle ne doit ni comparer ni prendre le pouvoir qui n’a de cesse d’organiser son ascension, toujours plus haut et éternellement insatisfait. »     Une écriture poétique Personnalisation des sentiments, langage châtié, morale… L’auteur a fait un véritable travail stylistique autour de ce livre. Le résultat est véritablement poétique et met en avant l’étendue incroyable de ses capacités littéraires. Cet ouvrage se détache ainsi clairement des autres qui sont plus accessibles sur le plan du langage.   Un parcours initiatique et personnel Laurent, le personnage principal se rapproche quant à lui des autres